Le béton désactivé noir

Le béton désactivé s’utilise pour créer des espaces extérieurs : cour, allée, entrée de garage, terrase..
Et pourquoi le noir ? Parce que c’est une couleur élégante, qui s’accorde bien avec les autres teintes.
Découvrez le béton désactivé noir !

Rate this post
Pas de commentaire

Qu’est-ce qu’un béton désactivé ?

Le béton désactivé est un béton qui « expose » tous les cailloux présents dans le matériau.

Il est apprécié pour son esthétisme et son adhérence (il est antidérapant).

Etant donné qu’il se décline dans toutes les teintes, on peut tout à fait réaliser un béton désactivé noir.

Comment obtient-on un béton désactivé noir ?

Le béton désactivé noir s’obtient sur le même schéma que ses « confrères ».

Autrement dit, le mélange est de l’ordre de ~2/3 de graviers pour ~1/3 de sable.

Lors de la réalisation du mélange, on prend soin à la régularité des proportions entre le gravier et le sable. Sans mettre trop d’eau.

Ensuite, pour élaborer une teinte sombre, on utilise :

  • du ciment gris (teinte de fond) ;
  • un choix judicieux de cailloux ;
  • plus rarement du colorant ;

Nb : le gravier est le composant qui donne vraiment la couleur. Plus le gravier choisi est fin, moins on a de surface qui va rester en « ciment apparent » et plus la couleur du gravier sera présente.

Toutefois, avant de vous lancer dans la fabrication d’un béton désactivé noir, prenez note de ces quelques conseils !

4 conseils applicables au béton désactivé noir

Voici 4 conseils qui peuvent être utiles pour votre projet :

#1 : Demandez un échantillon

Avant d’appliquer un béton désactivé, le maçon propose généralement ~2 – 3 échantillons.

L’échantillon permet de se faire une idée du béton, en conditions réelles.

NB : sachez que vous pouvez vous montrer « exigeant », sachant que le béton désactivé est 100% personnalisable (choix du gravier, de la teinte, etc.).

#2: Prenez-garde aux couleurs sombres !

Les couleurs sombres, comme le noir, ne sont pas toujours recommandées.

En effet, elles tendent à « capter » la chaleur : ainsi le sol peut vite monter en température.

C’est le même constat pour la couleur extrême du « blanc sur blanc », qui peut « flasher »…

C’est pourquoi, on essaye parfois d’obtenir une teinte plus contrastée.

Mais tout est une question de goût!

#3: La pose est plus subtile qu’elle n’y parait !

En apparence, on peut se dire que le béton désactivé s’obtient en enlevant la pellicule supérieure de ciment. Et « c’est tout ».

En réalité, c’est plus subtil :

  1. Tout d’abord, la fabrication du béton désactivé tient parfois de la « recette d’alchimiste» : chaque maçon à ses recettes, élaborées avec l’expérience…Difficile de la réussir du premier coup !
  2. Ensuite, la mise en œuvre est tout aussi délicate ! Le béton doit être bien taloché, tout en veillant à ce qu’il n’y ait pas trop de laitier qui remonte… Elle ne doit pas non plus être « trop » talochée, sans quoi le désactivant n’agit pas bien. Et lors de la désactivation du béton, le moindre défaut de surfaçage ne pardonne pas!

Laisser un commentaire