Les 12 étapes pour construire un garage en parpaing

Avec le garage en parpaing, vous faites le choix d’une construction robuste et peu cher.
Alors, la question qui se pose est : construire un garage en parpaing soi même ? Ou déléguer toute ou partie de la construction à un maçon ?
Faites-vous une idée de la construction du garage en parpaing en lisant l’article ci-dessous !

Rate this post
Pas de commentaire

Construire un garage en parpaing

En construisant un garage en parpaing, vous faites le choix d’une « valeur sûre« , puisque ce dernier est robuste et économique.

Dans cet article, on vous explique comment construire un garage en parpaing, en douze étapes.

Les 12 étapes pour construire un garage en parpaing

Voici les grandes étapes de construction d’un garage en parpaing :

Etape 1 : l’avant projet

Avant de construire un garage, on commence par réaliser un plan.

Généralement, il est élaboré lors de la demande du permis de construire.

On peut le faire avec un logiciel de dessin, ou le confier à un professionnel.

Etape 2: l’implantation

L’implantation sert à matérialiser la zone de construction.

Elle s’effectue avec des équipements de TP : niveau laser, théodolite …

La zone d’implantation est ensuite matérialisée par des « chaises d’implantation« , placées à chaque angles. C’est sur ces supports que l’on va pouvoir fixer les cordeaux, qui délimitent les murs de la construction.

Etape 3 : le calepinage

Le calepinage consiste à déterminer la « hauteur » à laquelle vous allez devoir implanter le garage, pour qu’il atteigne le « niveau 0 » souhaité (généralement : plancher de la maison).

Lors de cette étape, on tient compte de toutes les épaisseurs qui vont être superposées : fondation, isolant, chape, carrelage, etc.

Une fois la hauteur définie, on va pouvoir déterminer précisément le fond de fouille.

Etape 4 : le décapage

On réalise un décapage (i.e. on enlève la matière végétale) sur toute la longueur de l’ouvrage.

Etape 5: les fondations

Les fondations se présent sous forme de semelle filantes.

fouilles en rigole

Toutefois, il arrive que certains sols soient instables (ex: sol argileux), auquel cas, vous allez devoir envisager des fondations alternatives, comme les fondations sur pieux.

Pour déterminer précisément la nature du sol, vous allez devoir réaliser une étude de sol, auprès d’un organisme agrée (elle coûte entre ~600 et 800€).

Une fois que tout est clair au niveau du sol, on procède comme suit.

  • On trace l’emplacement des murs sur le sol, à la bombe de peinture.
    Cela permet de délimiter clairement la zone de creusement. 
  • On creuse sur l’épaisseur souhaitée, avec une pelle. Puis on coffre la fondation.
    Attention à ne pas empiéter sur le terrain du voisin. Même le béton (en dessous du sol) ne doit pas dépasser chez le voisin !
    Pour s’assurer de la profondeur, on utilise un niveau laser (ou niveau à eau), en fonction du calepinage que l’on a fait.
  • On met un produit anti-termites avant le coulage du béton
    Vous pouvez appliquer un film plastiques anti-termites, ou un produit liquide appliqué avec un pulvérisateurs
  • On coule un béton de propreté
    C’est un béton faiblement dosé i.e. ~150 kg, qui permet d’avoir un fond de fouille bien propre pour y poser les armatures. 
  • On pose les aciers et on fait remonter les attentes.
    Généralement, on utilise une semelle « 15-35, 5 barres, diamètre 10.
    Attention : parfois vous êtes obligé(e) de réaliser une étude parasismique, qui détermine le béton et les aciers à réaliser. Cette étude coûte ~1000€ dans le cas d’une maison.
  • On coule le béton de fondation

Etape 6: les agglos de fondation

On monte les agglos de fondation, en respectant la hauteur du calepinage.

  • Le premier rang est posé sur un lit de mortier hydrofuge, pour éviter les remontées d’humidité ;
  • On assure l’étanchéité avec un enduit ou une « peau ».

A ce stade, on est toujours en partie « enterrée ».

Etape 7: la dalle de garage

Maintenant que les fondations sont montées, on va pouvoir couler la dalle de garage !

Pour cela :

  • On met des planelles en contour de dalle ;
    On peut mettre des « vraies planelles » ou des agglos de 5 (par rapport au calepinage)
  • On remblaye la partie intérieure ;
  • On procède comme une dalle béton classique, avec un isolant en plus
    A ce stade, les attente doivent remonter de ~1 m.

Etape 8 : le drain périphérique

On prend soin de bien réaliser un drain périphérique, qui va empêcher les accumulations d’eau tout autour de la structure.

Il s’agit d’une tranchée remplie de cailloux. Elle comporte également un tuyau qui évacue les eaux de pluie.

Etape 9 : l’assemblage des parpaings

A ce stade, les travaux de « maçonnerie » peuvent commencer !

  • On assemble les agglos ;
    Pour un garage attenant, on prévoit un joint de dilatation au niveau de la façade.
  • On monte les linteaux au dessus des ouvertures (monoblocs, en U..)
  • On pose une ceinture périphérique au dessus (ou au même niveau) que les linteaux ;
  • On assemble les murs pignons

Etape 10 : la couverture

La charpente et la couverture son mises en places.

Etape 11 : la mise hors d’eau et hors d’air

L’installation des portes (avec seuil de porte) et fenêtre termine la mise hors d’eau et hors d’air du bâtiment.

Dès lors, on va pouvoir travailler sur les travaux de second oeuvre.

Etape 12 : l’aménagement intérieur

La dernière étape consiste à réaliser tous les travaux d’aménagement : coulage de chape, mise en place d’un revêtement de sol, isolation, application d’un crépi, etc.

Des entreprises situées près de chez vous chiffrent gratuitement vos travaux, pour construire un garage. Profitez-en 🙂

Trouver une entreprise pour construire un garage !

Vous envisagez de monter un garage en parpaing ?

A moins d’avoir de bonnes notions de maçonnerie, mieux vaut déléguer la pose à un professionnel.

En effet :

  • L’entrepreneur réalisera toutes les études requises avant la construction : étude de sol, étude parasismiques .. Sans elles, vous pouvez avoir du mal à revendre votre bien immobilier !
  • Un garage construit par un professionnel est couvert par l’assurance décenale ;
  • Le maçon réalise réalise une installation conforme aux normes constructives en vigueur (DTU et autres)

A présent, vous pouvez demander un devis de chiffrage pour estimer le coût de votre construction. Pour cela, il vous suffit de compléter le formulaire ci-dessous. Tout en sachant que le devis est gratuit et qu’il n’est pas engageant.

Laisser un commentaire