Le dosage du mortier pour parpaing

Le mortier est une « pâte » qui permet de fixer les blocs de parpaings.
On vous explique le dosage du mortier pour parpaing.
Pour en savoir plus, lisez la suite!

4 (80%) 1 vote
Pas de commentaire

Réussir son dosage de mortier pour parpaing !

Le mortier s’utilise pour sceller les rangs de parpaing.

Le dosage d’un mortier pour parpaing est de 25 à 30 pelles de sable, pour un sac de 35 kg de ciment.

En réalité, le nombre de pelles dépend un peu de « l’opérateur » : certains réalisent des « grosses pelles » (auquel cas elle seront au nombre de 25) tandis que d’autres ne chargent pas toute la pelle (dans ce cas, on en mettra 30).

Si le dosage à la pelle vous semble trop imprécis, vous pouvez également utiliser un « seau ». Sachant que 3 pelles représentent 10 litres. Ainsi, vous utiliserez 8 à 10 seaux de sable pour un sac de 35 kg de ciment.

Commentaire : parfois, les dosages sont indiqués sur les sacs de ciment. Cependant, il s’agit dans certaines circonstances, de dosages « théoriques » qui ne sont pas toujours pratiqués sur le terrain.

Regarder la consistance du mélange

Réussir un dosage de mortier pour parpaing ne se résume pas qu’à « mélanger des constituants dans des proportions données ».

Il s’agit également d’obtenir « une bonne consistance » : le mortier doit être « ni trop gras », « ni trop maigre », ni « trop sec »

  • Le mortier gras : c’est un mortier avec un dosage fort en ciment. En soit, ce n’est pas nuisible pour assembler les parpaing. Le seul problème, c’est que ça vous rajoute un coût !
  • Le mortier maigre : c’est un mortier qui comprend un excès de sable, ce qui peut nuire à la résistance. On peut rajouter un liant dedans.
  • Le mortier sec : on rajoute de l’eau pour corriger ce problème.

Ainsi, en fonction de la consistance du mortier, on peut utiliser des « leviers » de correction.

Trouver un maçon pour assembler un mur en agglo

A première vue, on peut se dire que monter un mur en parpaing se résume à assembler des blocs les uns sur les autres, avec un liant.

En réalité, l’assemblage d’un mur en parpaing est plus subtile :

  • Les agglos doivent être bien alignés. On vérifie aussi l’aplomb, avec un fil à plomb ;
  • Un mur extérieur doit être muni d’une fondation correctement ferraillée ;
  • Selon sa longueur, le mur et la fondation doivent être « coupés » à intervalle régulier, pour éviter une fissuration de l’ouvrage

Compte tenu des points « sensibles » il n’est pas rare de se tourner vers un maçon, pour déléguer l’assemblage d’un mur en agglos.

Dès lors, si vous souhaitez obtenir un devis de chiffrage,  rapide et gratuit, vous pouvez compléter le formulaire ci-bas.

Laisser un commentaire