Faire un béton désactivé soi-même: c’est possible?

Le béton désactivé est bien plus esthétique que le classique « béton gris » pour aménager vos extérieurs. Mais il est moins simple à mettre en œuvre. Peut-on cependant le faire soi-même ? Quelles sont les difficultés ? Nous allons répondre à toutes vos questions.

Qu’est-ce qu’un béton désactivé ?

Le béton est un mélange de ciment, d’eau et de granulats.

Le béton désactivé n’échappe pas à la règle, sauf qu’on pulvérise sa surface avec un désactivant pour décaper la première couche et laisser apparaître les granulats.

Ce béton est beaucoup plus décoratif : on peut choisir des couleurs très variées de granulats, et même créer des motifs si on le souhaite.

Il est idéal pour créer des allées ou des terrasses, mais on l’utilise aussi dans les travaux publics pour faire des trottoirs, des ruelles, etc.

Après s’il est joli et antidérapant, il reste plus difficile à réaliser qu’un béton conventionnel !

Justement, nous allons vous expliquer comment faire un béton désactivé soi-même !

La suite dans la prochaine partie.

Comment faire un béton désactivé soi-même ?

Pour faire un béton désactivé, il faut logiquement :

Nous allons vous expliquer ci-après ces deux étapes.

La fabrication

S’agissant au départ d’un béton classique, il faudra choisir soigneusement ses composants.

  • Le choix du ciment : on peut prendre du gris, qui est moins cher, ou du blanc. C’est lui qui va donner la teinte de fond de votre création ;
  • Le choix du sable et des granulats : il faut les choisir avec soin, car c’est eux qui donneront la teinte finale. Il faut faire de même avec les formes et tailles des granulats, importants pour l’aspect une fois que ce sera terminé ;
  • Le choix des colorants : on peut intégrer des pigments si on souhaite obtenir une couleur particulière, mais cela reste bien sûr optionnel.

Il y a cependant quelques règles à suivre absolument si vous voulez un bon résultat :

Une fois que votre béton est prêt, vous pouvez passer à l’étape suivante : la mise en œuvre, c’est-à-dire couler le béton !

La mise en œuvre

Elle est assez délicate et technique, plus complexe que pour du béton classique.

En voici les étapes :

  • Il faut mettre en place le béton;
  • Il faut le talocher;
  • On applique après le produit désactivant par pulvérisation ; ce produit va ôter la couche superficielle de béton pour laisser apparaître les granulats ;
  • Laisser passer le temps réglementaire, puis passer le béton au jet haute pression ou à la brosse pour faire apparaître les granulats.

Si vous n’avez jamais coulé de béton désactivé, c’est un travail qui n’est pas évident à réussir du premier coup.

Il faut bien talocher, d’autant qu’il y a du gros gravier, mais pas trop, pour qu’il n’y ait pas trop de laitier qui remonte.

Le surfaçage doit être bien fait, sans trous ni irrégularités qui se verraient à la fin.

Si vous n’avez pas l’expérience de ce type de béton, sans doute vaut-il mieux confier votre projet à un professionnel.

Nous vous proposons ici de demander un devis gratuit et sans engagement qui vous permettra d’avoir un chiffrage précis de vos travaux.  

En conclusion, le béton désactivé, beaucoup plus esthétique que le béton classique, offre un bon rapport qualité-prix et une grande variété de styles et de couleurs. Il est cependant plus complexe à mettre en œuvre, et même sa préparation demande une certaine habitude. Il n’est pas sûr que vous ayez un bon résultat dès la première fois, même en respectant à la lettre les consignes que nous vous avons données (dosage, surfaçage, etc.). Dans ce cas, vous pouvez faire préparer votre béton par une centrale et confier la réalisation à un artisan. Vous éviterez ainsi les mauvaises surprises.

Laisser un commentaire