Refaire un crépi sur un crépi existant

Votre façade a perdu de son éclat ?
Découvrez comment refaire un crépi sur un crépi existant.

Les 3 fondamentaux pour refaire un crépi sur un crépi existant !

Lorsque vous refaites un crépi sur un crépi existant, vous devez prendre en compte plusieurs points :

Point 1 : la friabilité

En fonction de l’état de surface la démarche pour refaire un crépi sur un crépi existant n’est pas la même.

Le crépi friable

Si le crépi est friable, il faut enlever le vieux crépi.

Vous devrez – à coup sûr – enlever toutes les parties non adhérentes.

D’ailleurs il est même conseillé d’enlever la totalité du crépi, pour éviter d’avoir une différence sur le support.

En effet, si – à titre d’exemple – vous enlevez 1 m2 seulement, et que vous refaites un dégrossi à la chaux, vous allez voir une différences sur le support.

Plus particulièrement, lors de la mise en œuvre de la couche de finition, la double épaisseur risque d’influencer la prise de l’enduit. La partie la plus épaisse sèchera moins vite.

C’est pourquoi, il est recommandé de travailler sur un support régulier.

Le crépi non friable

Dans ce cas, tout est fonction de l’état de surface. Est-il lisse ou rugueux ?

Avec un support rugueux, il n’y a pas de problème ! Il suffit d’un nettoyage, et si vous avez assez d’accroche pour mettre l’enduit, vous pouvez y aller.

En revanche, si la surface est lisse, il va falloir créer de l’adhérence avant d’appliquer l’enduit.

Pour favoriser l’adhérence, vous trouverez des produits appropriés dans le commerce, qui sont destinés à crépir une surface lisse.

Bilan : refaire un crépi sur un crépi existant est plus « compliqué » avec un support friable qu’avec un support non friable.

Passons au point suivant : les produits hydrofuges !

Point 2 : gare aux produits hydrofuges !

Pour les  façades qui ont été « récemment » traitées avec un hydrofuge, vous allez avoir des difficultés à appliquer un mortier !

Au préalable, vous allez devoir appliquer une sous-couche prévue pour, avant d’enduire le mur.

Un test simple : pour déterminer si la surface a été hydrofugée, vous pouvez réaliser un test simple, qui consiste à asperger la surface d’eau et voir si l’eau glisse sur le mur ou au contraire si le support est poreux. En fonction, vous réalisez un traitement ou un autre.

Point 3 : la nature de l’enduit

Les enduits se scindent en deux catégories : monocouche et traditionnel (3 couche).

  • L’enduit monocouche : on va avoir beaucoup de difficultés à appliquer à autre enduit dessus. Et une règle s’applique i.e. sur un monocouche on met un autre monocouche.  C’est une question d’adhérence. Notez aussi qu’avec un enduit récent très hydrofugé, le crépissage va être plus contraignant qu’avec un enduit qui date de 30 ans !
  • L’enduit traditionnel : si la surface a été recouverte d’un enduit traditionnel, vous pouvez tout autant employer un monocouche qu’un enduit 3 couches.
Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
J’accepte les conditions générales du site et de ses partenaires.

Laisser un commentaire